De Soyécourt à Wittenberg ou l’invasion et la captivité
Récit écrit en 1915 par l’abbé Trimbalet, curé de Soyécourt, sur l’évacuation et la captivité des habitants de son village au début de la Première Guerre Mondiale et de sa traduction récente en allemand.

«  J’ai vu la tristesse de l’invasion à Soyécourt. J’ai connu les amertumes d’une longue captivité en Allemagne. Pour en conserver un souvenir précis, j’ai écrit un petit livre qui a pour titre : DE SOYECOURT A WITTENBERG. Je l’ai écrit avec l’unique souci de la vérité historique la plus scrupuleuse. J’ai évité toute appréciation qui eut pu dénaturer les faits, en les exagérant, ou en les atténuant.  »

Voilà comment l’abbé parlait de son livre. Celui-ci composé d’environ 130 pages, est un récit historique, de la période allant d’août 1914 à juin 1915, articulé en de deux grandes parties.

La première partie où l’on voit que Soyécourt est passé aux allemands le premier mois de la guerre et à très vite été détruit sous le feu allié. L’évacuation de Soyécourt qui comptait 310 habitants s’est faite en plusieurs étapes au gré des envahisseurs. Le curé et le maire du village ont été pris comme otages avant d’être prisonniers. Les habitants ont d’abord été évacués vers les villages proches puis sont descendus progressivement vers le midi. Naturellement les femmes, les enfants et les vieillards ont été séparés des hommes qui ont été fait prisonniers rapidement.

Le récit se poursuit, en deuxième partie, au camp de Wittenberg. Wittenberg est une ville d’environ 30.000 habitants à l’époque, bâtie sur les bords de l’Elbe et situé à une centaine de kilomètres de Berlin. C’est la ville où séjourna Martin Luther et qui est la citadelle du protestantisme.

Le curé décrit l’arrivée à Wittenberg et les conditions de détention, toujours à la merci des humeurs de l’ennemi mais sans exagération et en expliquant toujours pourquoi telle ou telle situation.

«  J’ai été près de 10 mois prisonnier dans cette ville. J’ai été mêlé journellement à la vie du camp. J’ai pu en étudier les détails. C’est le fruit de mes observations que je livrerai aux lecteurs. Mais comme la vie d’un camp ressemble beaucoup à la vie des autres camps, les familles qui ont des prisonniers ailleurs qu’à Wittenberg trouveront peut-être, comme celles qui en ont près de cette ville, un certain intérêt à parcourir ce livre. Il leur permettra de suivre, pas à pas, ceux qui leur sont chers, de connaître l’emploi de leur temps, le régime et la discipline qu’on leur impose, tout ce qu’on désire connaître, en un mot, de ceux qu’on aime et dont on est séparé.  »

On y voit aussi l’accueil unique réservé, à ceux qui reviennent des camps, par les habitants de la Suisse qui ont aidé sans compter tous ces gens à revenir vers la France.

Le livre se termine sur une note d’espérance (il ne faut pas oublier, qu’il a été écrit en 1915 et l’avenir alors été incertain) puisque le curé se remet tout à Dieu qui, pour l’abbé, donnera la victoire.

«  Peut-être, aimera-t-on, après avoir parcouru ce livre, à le conserver comme souvenir précieux, non pas pour son mérite intrinsèque, mais à cause de certains détails qu’on ne voudra pas oublier.  »

Une édition Allemande publiée en mai 2009

En mai 2009 et en raison du 40ème anniversaire du jumelage de Chaulnes et d’Edemissen, le pasteur, Klauss-Walter Vetter, a réalisé une traduction allemande du livre d’Auguste Trimbalet "De Soyécourt à Winttenberg" ou "Von Soyécourt nach Wittenberg". Un magnifique ouvrage de 120 pagessur papier glacé et à la couverture cartonnée en couleur. De nombreux éléments iconographiques agrémentent le livre, surtout sur la partie dans le camp de Wittenberg.

JPEG - 28 ko
Couverture du livre allemand

Le livre propose l’édition originale en français sur les pages de gauche et la traduction allemande sur les pages de droite. L’avant-propos du livre porte sur la famille Bélot (Chaulnes) et sur l’origine du travail de cette traduction.

Livre edité par l’imprimerie Yvert & Tellier - Amiens - 1916
Un grand merci à Marie-Paule pour son aide à l’écriture de cet article.

Livre allemand edité par Drei Kastanien Verlag (ISBN 3-933028-90-1). "Von Soyecourt nach Wittenberg" Einmarsch und Gefangenschaft.


Mise en ligne : vendredi 11 novembre 2011, par Sébastien Robit


Forum de l'article

  • > De Soyécourt à Wittenberg ou l’invasion et la captivité
    8 août 2008, par S. Trimbalet

    Bonjour,

    Je recherche des informations sur l’Abbé Trimbalet, qui fut curé de votre village. En effet , je m’appelle Sandrine Trimbalet et comme ce nom de famille est très rare et que je sais que ce côté de la famille vient du "nord" (la famille est aujourd’hui à Dijon), je suppose qu’il y a un lien de parenté. Si vous avez dans vos archives des éléments que vous pouvez me communiquer (naissance, décès...), n’hésitez pas. Merci par avance et bravo pour l’article sur le village il y a 100 ans.

    Sandrine Trimbalet

    • > De Soyécourt à Wittenberg ou l’invasion et la captivité
      15 juillet 2009
      Le pasteur allemand Klaus Walter Vetter im Seebrucht 5a 31234 Edemissen / Plokhorst Allemagne dont la ville est jumelée à celle de Chaulnes près de Soyécourt pourrait peut-être vous renseigner Cordialement Pierre Belot@orange.fr