Le Bois de Wallieux
Le bois du Souvenir Français

En prolongement de la visite du musée de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, le " Circuit du Souvenir ", élaboré en partenariat avec le Comité Départemental du Tourisme, invite à découvrir depuis Péronne les principaux champs de batailles, mémoriaux, cimetières, villages reconstruits de la Somme. Le Bois de Wallieux de Soyécourt fait partie de cette grande visite. Le Bois de Wallieux est un lieu de mémoire qui témoigne de la grande offensive de 1916 dans la Somme.

Le bois de Soyécourt conserve encore quelques traces des combats : tranchées, trous d’obus, carrières. De plus à l’occasion de la commémoration du 80e anniversaire de l’Armistice, le Ministère de la Culture a passé commande à l’artiste Ernest Pignon-Ernest [1]. Celui-ci a disposé dans le bois de Soyécourt des sculptures en bronze sur le thème de l’arbre et de ses racines, qui symbolisent la mémoire de ce lieu.

ERNEST PIGNON-ERNEST
« L’autre côté des arbres ».

Cette commande publique de l’Etat a été réalisée avec le concours du Conseil général de la Somme. L’oeuvre a vu le jour à la fonderie Romain Barelier, avant son installation définitive dans le bois de Soyécourt.

- « Je me suis heurté à l’impossibilité de représenter le corps humain comme si l’ampleur des violences qu’on lui a fait subir, à la limite de l’indicible n’était pas présentable. A Soyecourt, la vie a repris, suggérant cette image, ce sentiment que partout où un homme est tombé, un arbre se dresse aujourd’hui, la vie renaît, la nature s’épanouit et aura demain effacé les traces, les cicatrices. Parmi ces arbres dressés, vivants qui vont continuer à s’épanouir, mon intervention consistera à inscrire des arbres décapités, brisés, moignons d’arbres mutilés comme un rapport permanent. »



Retrouvez le site officiel de l’Historial de la Grande Guerre en cliquant sur www.historial.org




Cliquer ici pour des informations sur le circuit du souvenir par le Comité du Tourisme de la Somme

 


[1] LETTRE D’INFORMATION n° 39 (09/12/1998) du Ministère de la culture et de la communication du Cinq commandes publiques ont été réalisées dans le cadre du 80e anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918. Qui pouvait mieux que des artistes porter un regard à la fois aigu et sensible sur la tragédie de la Grande Guerre ? Ils se sont mis à l’écoute d’un lieu, d’une souffrance particulière. Leurs oeuvres témoignent du traumatisme laissé dans les mémoires.


Mise en ligne : samedi 21 août 2004, par Christophe Robit


Forum de l'article

  • > Le Bois de Wallieux
    15 juin 2009
    Il me semble qu’il n’y avait pas de si gros trous dans ce bois !! Pourquoi en avoir créer de nouveaux ???????